Actualités

    Festival international de la bande dessinée d'Angoulême du 25 au 28 janvier 2018

     

    Retrouvez les éditions ACTES SUD BD et ACTES SUD L'AN 2 sur l'espace Le nouveau monde (stand N44)

     

     

    Télécharger le programme des dédicaces

     

     

     

    GOLO

    Istrati !
    [Sélection Officielle Angoulême 2018]

    Première partie : Le Vagabond

    Actes Sud BD, octobre 2017


    Golo, qui a adapté en BD Mendiants et Orgueilleux et Les couleurs de l’infamie d’Albert Cossery, qui a essayé de percer les mystères de l’identité du fameux écrivain B. Traven dans Portrait d’un anonyme célèbre, ne pouvait que se lier d’amitié avec l’œuvre de Panaït Istrati. Ce roumain, né en 1884, fils d’une blanchisseuse et d’un contrebandier grec, devenu écrivain, conteur extraordinaire, intègre et courageux, surnommé par Romain Rolland le “Gorki des Balkans”. Istrati mourut pauvre, abandonné de tous, en 1935. Le journal L’Humanité lui consacra alors une nécrologie infamante. Les communistes lui faisaient payer son crime de lèse-stalinisme : en 1929, l’écrivain avait publié Vers l’autre flamme où il racontait son périple à travers l’URSS et décrivait la réalité d’un pays qui avait trahi les espoirs nés de la Révolution d’Octobre.

     

    PREMIÈRE PARTIE : LE VAGABOND

    La journaliste Juliette Parry, indignée par ce qu’elle vient de lire dans le journal, va interroger Georges Ionesco, bottier roumain installé à Paris et ami d’Istrati. Il lui raconte comment, en 1913, un vagabond a fait irruption dans sa boutique, lui racontant sa vie d’aventures à la recherche de la liberté, de l’amitié, de la découverte du monde et à la lutte contre l’injustice...
    Golo nous livre le portrait d’un Panaït Istrati en vagabond céleste, personnage hors du commun, peintre d’enseignes, vendeur de citronnade ou garçon d’hôtel, dont la quête poétique n’est altérée ni par le dénuement, ni par la souffrance.

     

     

    Dimanche 28 janvier à 11h


    Rencontre avec Golo, animée par Laurence Le Saux, à l’espace Nouveau Monde Télérama : Raconter un écrivain, avec Golo

     

    Golo est né à Bayonne en 1948. Il commence à faire de la BD par le biais de reportages pour la revue Best dans les années 1970. Il publie Ballades pour un Voyou, son premier album, avec Frank, aux éditions du Square en 1979. De cette collaboration naîtront plusieurs récits parus dans Charlie Mensuel, l’Écho des Savanes, Chic, Pilote... Ces récits seront édités par Futuropolis, Dargaud, Casterman. Golo entreprend l’adaptation du livre d’Albert Cossery : Mendiants et Orgueilleux. La découverte de ce livre sera décisive dans ses choix de vie. Après cette plongée dans l’univers de Cossery, il décide de s’installer au Caire où, depuis 1993, il dessine pour la presse locale et réalise des expositions ayant pour thème les rues du Caire. Après une exposition rétrospective au Caire “1974-2014, quarante ans de dessins sur l’Égypte”, il s’embarque pour une nouvelle aventure sur le vaisseau de la Maison des auteurs à Angoulême où il réalise Istrati !

     

     

     

    SHENNAWY

    La nouvelle bande dessinée arabe

    Short, Histoires courtes en bande dessinée #2

    Collectif, Actes Sud BD / Sindbad / Barzakh / L’Orient des livres, février 2018


    Publié avec le soutien de l’Institut français d’Égypte, l’Institut français (Paris), le Goethe-Institut Kairo, et le Fonds culturel franco-allemand, cet album se veut le reflet de l’incroyable vitalité des auteurs du Liban, d’Égypte, du Soudan, d’Irak, de Syrie, et d’Algérie, de Tunisie, du Maroc ou encore de Lybie, apparus il y a une dizaine d’années et consolidés après “Les Printemps arabes”. Au sommaire, une trentaine d’histoires courtes, issues de fanzines et revues collectives.

     

    Né au Caire en 1978, Shennawy y a poursuivi un cursus d’arts appliqués et obtenu son diplôme universitaire en 2000. Il a commencé à publier des bandes déssinées pour enfants avant de se consacrer à la création de BD pour adultes. En 2009, son travail a été sélectionné pour l’exposition “Jeunes talents” à Angoulême. En janvier 2011, il cofonde le magazine Tok Tok. Il est également le fondateur et directeur du projet “The 9th Art”, lancé en 2012, dont l’objectif est de contribuer au développement et à la qualité des productions de BD en Égypte.

     

     

     

    BENOîT GUILLAUME

    La Sorcière

    D’après le roman de Marie NDiaye

    Actes Sud BD, février 2018


    Lucie se fait un devoir de transmettre ses dons de sorcellerie à ses deux filles jumelles, Maud et Lise. Ces dernières dépasseront bientôt, et de loin, les dons médiocres de leur mère, pour finir par (littéralement) voler de leurs propres ailes, laissant seule Lucie, aux prises avec le reste de sa famille. Le dessin puissant, réel et magique de Benoît Guillaume au service de l’adaptation du roman du même titre de Marie NDiaye, publié en 1996 aux éditions de Minuit.

     

    Benoît Guillaume est né en 1976. Très actif sur la scène de la jeune bande dessinée indépendante, il participe à de nombreux fanzines, revues et collectifs (40075 km, Crrisp Comics, Nos restes, Le Coup de Grâce, ainsi que les 3 calendriers Cambourakis…), il a publié plusieurs flip books aux éditions FLBLB ainsi qu’un livre à la Cinquième Couche, De la fenêtre, le trompe l’oeil, en 2007. En 2009, le début d’une histoire, Jogging, est paru dans le numéro 37 de Lapin, à suivre dans les prochaines livraisons de la revue de l’Association. Il a publié trois bandes dessinées documentaire chez Cambourakis dont Chúc Suc Khoe (Grand prix des Rencontres du carnet de voyage de Clermont-Ferrand 2011), Alger-Marseille en 2015, Sur le fil, dix ans d’engagement pour la Birmanie (avec Debomy et Victor).

     

     

     

    ÉRIC LAMBÉ

    BELGIQUE

    Éric Lambé, né en Belgique en 1966, est auteur de bande dessinée et enseignant en école supérieure d’art en Belgique. Il débute sa collaboration avec Philippe de Pierpont en 1998. Ensemble, ils publient : Alberto G. (Le Seuil/FRMK, 2001), La Pluie (Casterman, 2005), Un Voyage (Futuropolis, 2008). Il écrit également Joue avec Moi (FRMK, 2011) et Le fils du Roi (FRMK, 2012). En janvier 2017, il est récompensé, avec Philippe de Pierpont, par le Fauve d’Or du festival d’Angoulême pour Paysage après la bataille (Actes Sud BD / Fremok 2016). En 2017 paraît, toujours chez Actes Sud BD / Fremok, Apparition, disparitions et autres mouvements, qui reprend en un seul volume, et dans une nouvelle édition, Alberto G., La Pluie et Un Voyage.

     

     

     

     

     

    BRECHT EVENS

    BELGIQUE

    Brecht Evens a vingt-deux ans quand il sort de l’école Saint-Luc de Gand(Belgique) avec, sous le bras, Les Noceurs, son projet de fin d’études. Traduit en sept langues, il obtient le prix de l’Audace à Angoulême en 2011. En 2011 toujours, il revient avec Les Amateurs, puis avec Panthère en 2014, tous deux sélectionnés au festival d’Angoulême. En 2014 également, il illustre le livre- CD pour la jeunesse de Wladimir Anselme Les cromosaures de l’espace (Actes Sud Junior). Entre deux livres, il travaille pour la presse (De Morgen, Télérama, Kiblind…), la mode (Cotélac) et est exposé à la galerie Martel. Brecht Evens vit à Paris.

     

     

     

     

     

    CAMILLE JOURDY

    FRANCE

    Camille Jourdy a grandi dans le Jura, à Dole. Elle écrit et illustre son premier livre, Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie ! (Drozophile/ Quiquandquoi, 2004), alors qu’elle est encore étudiante à l’École des beaux- arts d’Épinal. Elle rejoint ensuite l’École des arts décoratifs de Strasbourg. Après son diplôme, en 2005, elle s’installe à Lyon, où elle vit aujourd’hui. Après le succès de la trilogie Rosalie Blum (Actes Sud BD – prix RTL 2009 et Fauve révélation, Angoulême 2010), portée à l’écran par Julien Rappeneau, elle publie en 2016, toujours chez Actes Sud BD, Juliette, les fantômes reviennent au printemps, ainsi que C’est pas du gâteau, un livre destiné aux tout petits.
    Camille Jourdy fait partie du jury du FIBD d’Angoulême 2018.

     

     

     

     

     

    FIBD 2015 Jean Harambat

    Jean HARAMBAT

    FRANCE

    Originaire d’un petit village des Landes où le sport est avant tout un lien social très fort, Jean Harambat a commencé par le basket puis s’est dirigé naturellement vers le rugby, dans lequel il avait davantage de dispositions. Loin de l’idéaliser ou de lui accorder un crédit romantique et viril d’image d’Epinal, cette discipline a permis à l’auteur de croiser des personnages hauts en couleur, de connaître le monde par une géographie excentrique, et de vivre d’heureux moments de grâce sur le terrain, avec la densité des sensations que l’on a à vingt ans… Avant que tout cela ne disparaisse, en même temps que la jeunesse.

     

     

     

     

     




    Festival international de la bande dessinée d'Angoulême

     Angoulême

    http://www.bdangouleme.com/

    |
    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter