Actualités

    Exposition de Yann Kebbi, du 20 septembre au 2 novembre 2019, Galerie Martel à Paris

     

    Vernissage le jeudi 19 septembreà partir de 18 h 30
    Dédicace le samedi 21 septembre à partir de 15h

     

     

    Un artiste jeune – 32 ans – et largement reconnu : Yann Kebbi est affirmé, prolifique, caustique, curieux de toutes les ressources graphiques et, il le dit en souriant, « volubile ». Car du livre au dessin de presse en passant par la litho, la gravure et le monotype, la plume ou l’ordinateur, ses travaux ne se laissent pas seulement regarder : pour qui s’y abandonne, ils racontent. Ils jouent l’air de rien avec l’espace et le temps. Ainsi Fondation Kebbi, album à paraître en octobre dans la nouvelle collection Lontano d’Actes Sud BD, fait interagir en 20 dessins foisonnants et subtils un musée, son personnel, son public et, en abyme, des œuvres de l’artiste. La galerie Martel est heureuse d’en exposer les originaux à partir du 20 septembre – et d’ajouter une dimension supplémentaire à cette très étonnante Fondation Kebbi, puisqu’elle fait de vous ses nouveaux visiteurs…

     

    « Avant tout, je suis un dessinateur », dit Yann Kebbi. « Je dessine tous les jours. C’est ma passion. Mais j’élargis mes techniques au maximum. Tout part du croquis sur le motif. J’en ai de pleins carnets. Le dessin immédiat porte des accidents qui se réinvestissent dans le travail définitif. Si Fondation Kebbi est riche en mouvement, en éléments scénarisés, en agressivité jouée, c’est aussi que j’ai grandi à Paris. La ville m’a construit. Sans compter que j’ai besoin de me raconter des blagues. » Il fallait un cadre pour orchestrer cette trépidation. Kebbi a commencé par le poser. Rigoureusement, de la première à la dernière page : « Quand je travaille, je réfléchis à ce que je dessine. Alors, avec un calque, j’ai calé l’entrée et la sortie du musée – deux moitiés du même espace. Pour que l’affaire ait un sens, il fallait de la symétrie et de la constance. C’est pourquoi un rectangle composé de carrés revient en leitmotiv, au milieu des dessins. Les arêtes horizontales de ceux-ci coïncident. Mais une fois le système défini, je peux m’en affranchir. Entre une double page et la suivante, je fais varier du tout au tout les perspectives. » Grâce à ces ancrages discrets et efficaces, le public dessiné hantant la Fondation Kebbi, tout comme le regardeur du livre ou des originaux, peuvent traverser souplement l’exposition. Chaque salle – soit chaque double page – est dévolue à une technique spécifique de l’auteur.

     

    En savoir plus




    Galerie Martel

    17, rue Martel

    75010  Paris

    01 42 46 35 09

    http://www.galeriemartel.com/

    |
    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter