Aller au contenu principal

Disparition de Frédéric Jacques Temple

 

 

Frédéric Jacques Temple s'est éteint le 5 août, à quelques jours de son 99e anniversaire.

 

Frédéric Jacques Temple s'est éteint le 5 août, à quelques jours de son 99e anniversaire.

Frédéric Jacques Temple est né à Montpellier en août 1921.
Lecteur  acharné  depuis son enfance, passionné – dans le sillage d’un oncle archéologue – par l’histoire naturelle, il devient pêcheur, chasseur, spéléologue, ornithologue, puis soldat dès la fin de l’adolescence, accumulant expériences, aventures et voyages, qui seront plus tard les thèmes de ses œuvres.
Devenu poète, romancier, traducteur (notamment d’œuvres de Thomas Hardy, D.H Lawrence, Henry Miller, Lawrence Durrel...), journaliste, homme de radio et de télévision, il publie en 1989 aux éditions Actes Sud une Anthologie personnelle (poèmes 1945-1985) qui obtient le prix Valery-Larbaud. Viendront ensuite, chez le même éditeur, L’Enclos (1992), La Route de San Romano (1996), Un cimetière indien (Babel n°204, 1996), Les Eaux mortes (Babel n°301, 1997), Le Chant des limules (2003), Beaucoup de jours (2009), Une longue vague porteuse (2016). En 2018, chez Actes Sud, paraît Divagabondages, un livre qui rassemble des textes écrits entre 1945 et 2017, soit plus d’un demi-siècle de chroniques, de critiques, d’articles ou de préfaces. Un demi-siècle pendant lequel Frédéric Jacques Temple n’a cessé d’écrire, de composer une œuvre mais aussi, en amoureux des arts, de soutenir celles des autres, ses contemporains poètes et romanciers, peintres, musiciens ou photographes, en un mot, tous ces artistes qui explorent l’invisible et qu’il nomme les enchanteurs.
En 1993, l’Académie française décerne à Frédéric Jacques Temple le prix Roland de Jouvenel pour l’ensemble de son œuvre de critique et de traducteur. Il reçoit en 2003 le Grand Prix de la Société des gens de lettres pour l’ensemble de son œuvre et, en 2013, le prix Guillaume-Apollinaire.
Frédéric Jacques Temple est décédé le 5 août 2020, à quelques jours de son 99e anniversaire.

[À lire] « La mort du poète languedocien Frédéric Jacques Temple », Le Monde

 

 

 

 

Le dernier livre de Frédéric Jacques Temple chez Actes Sud

Divagabondages

Divagabondages

Mars, 2018

Le premier des textes qui composent ce livre date de 1945, le tout dernier de 2017. De l’un à l’autre, on découvrira ici un demi-siècle de chroniques, de critiques, d’articles ou de préfaces, un demi-siècle d’écriture pour soi ou pour les autres. Car Frédéric Jacques Temple a consacré une immense attention à ses contemporains, poètes et romanciers, peintres, mu­siciens, photographes – tous ces artistes qui explorent l’invisible, et qu’il nomme les enchanteurs.


Divagabondages est dès lors une échappée orchestrée par un amoureux des arts, qui s’adresse aux curieux, aux bibliophiles du voyage intérieur ou lointain. Ce livre est tel un Transsibérien roulant à petite vitesse au gré des paysages où se croisent, entre autres, Law­rence Durrell, Piet Mondrian, Richard Aldington, Henry Miller, D. H. Lawrence, Cilette Ofaire, Alber­tine Sarrazin, Jean Hugo, Blaise Cendrars, Denis Lavant, Henri Thomas et tant d’autres révélateurs de sens pour les générations nouvelles et à venir.