Le Principe - Jérôme Ferrari | Actes Sud

    Le Principe - Jérôme Ferrari

     

     

    Le Principe
    Le Principe || Jérôme Ferrari

    En librairie le 4 mars 2015

     

    Fasciné par la figure du physicien allemand Werner Heisenberg (1901-1976) qui, après avoir élaboré le célèbre "principe d'incertitude", jeta les bases de la mécanique quantique, un jeune aspirant-philosophe désenchanté s'efforce, à l'aube du XXIe siècle, de considérer le mal à l'œuvre dans le monde contemporain et l'incomplétude de sa propre existence à l'aune de la destinée de cet homme de sciences exceptionnel.

     

    Jérôme Ferrari met en scène la rencontre obstinément compromise entre l'âme de l'homme et la mystérieuse beauté du monde.

    Avec ce roman qui fait entrer en résonance les tragédies du dernier conflit mondial et une modernité rongée par les passions économiques, Jérôme Ferrari met en scène, telle une chute d’Icare toujours recommencée, la rencontre obstinément compromise entre l’âme de l’homme et la mystérieuse beauté du monde, que ne cessent de confisquer le dévoiement de la théorie en pratique et la corrosion des splendides innocences premières.

     

     

    La presse en parle

    Eric Naulleau, VSD

    « Leçon d’écriture, vertigineuse méditation métaphysique.  »


    Muriel Steinmetz, L'Humanité

    « Le Principe, texte bref et dense, en phrases classiques, organise une réflexion d’importance sur le mal et la chute, l’utilisation de travaux scientifiques à des fins militaires, les circonstances historiques et politiques qui peuvent dévoyer la conscience du chercheur.  »


    Jérôme Colin, RTBF

    « j’ai adoré lire votre roman! Je ne vais pas en dévoiler les dernières pages qui sont absolument sublimes. Votre roman est passionnant.  »


    Thierry Guichard, Matricule des anges

    « Il n’est pas nécessaire de s’engager dans de longues études scientifiques pour lire ce court mais très dense roman. Il suffit de se laisser porter par une phrase d’une beauté foudroyante, qui parfois peut courir sur plusieurs pages ou claquer comme un couperet. (…) dans ce vouvoiement qui pourrait dire autant la fraternité que le procès, l’écrivain introduit une telle ampleur mélodique qu’on y entend aussi une prière. Le roman est d’une rigueur impeccable qui ne l’empêche pas d’aller vers le chant (…). Et l’on reste comme pétrifié par ce nouveau vertige face auquel nous place l’écrivain dont la langue n’aura eu de cesse de se chercher les moyens de dire ce qui ne peut pas être dit. Dans une irradiante beauté.  »


    Raphaëlle Leyris, Le Monde

    « Ira-t-on prétendre qu’un béotien en matière de physique, guère au fait des ondes, des atomes et des particules, comprendra chaque détail du livre de Jérôme Ferrari consacre à Werner Heisenberg (1901-1976), père de la mécanique quantique ? Ce serait beaucoup s’avancer. Mais cela n’a guère d’importance. D’abord, parce que l’essentiel du Principe est accessible, et beau, (…) médiation parfois somptueuse sur la corruption des idéaux par le contact avec la matière. Il livre ainsi un texte d’une densité et d’une puissance q’on croirait sans fond, car, on le sait grâce à Heisenberg, les choses n’ont pas de fond. La beauté lancinante de ce roman.  »


    Béatrice Arvet, La Semaine

    « Ici, l’enchantement du style, dense, percutant, presque incantatoire, l’exaltation de se sentir, soudain, un peu moins ignorant, signent l’alliance rare du fond et de la forme. Ce court roman confirme Jérôme Ferrari comme l’un de nos écrivains les plus brillants.  »


    Mazarine Pingeot, Paris Première, ça balance à Paris

    « C’est la claque littéraire. Quand un livre est là pour réinventer un langage, on est dans la littérature.  »


    Eric Naulleau, Paris Première, ça balance à Paris

    « C’est vraiment très beau. A ce jour, c’est le meilleur livre que j’ai lu en 2015. Aucune incertitude de ce côté, bravo, c’est un grand livre !  »


    Marie-Laure Delorme, JDD

    « Le Principe est hanté par la beauté des paysages et la noirceur des actes. Les honneurs des prix littéraires n’ont rien changé à son écriture ciselée, ses réflexions métaphysiques, son univers troublé. Les romans de Jérôme Ferrari portent la trace de son exigence : il existe une vérité, inatteignable. Le Principe est aussi l’histoire de la disparition d’un monde.  »


    Etienne de Montety, Le Figaro

    « Cette phrase précise, harmonieuse, parfaitement balancée Un style majestueux Ferrari conduit son roman d’une main ferme, sûr de son art, sans jamais renoncer à ce ton altier qui nous a saisi dès les premières pages. Il y a de la prouesse là-dedans. Un don rare qui lui permet de s’élever au niveau de la métaphysique et d’y emmener ses lecteurs. On est heureux d’être de l’ascension.  »


     

     

    Jérôme Ferrari

    Jérôme Ferrari est né en 1968 et vit actuellement à Paris.
    Il a reçu le prix Goncourt en 2012 pour Le Sermon sur la chute de Rome. Toute son œuvre est publiée aux éditions Actes Sud.
    Diplômé de philosophie à la Sorbonne, il a enseigné en Corse (ses parents sont originaires de Fozzano), au lycée international d’Alger et à au lycée français d’Abou Dabi.
    Jérôme Ferrari a également traduit du Corse le roman Murtoriu, de Marc Biancarelli (Actes Sud, 2012).

    Agenda

     

     

    Bibliographie

    precedent
    suivant

     

     

     

    Principe de Heisenberg : "Aucune incertitude, seulement de l'indétermination"

     

    Explications d'Etienne Klein, physicien et directeur de recherche au Commissariat à l'énergie atomique.

     

    Le principe d'incertitude (ou d'indétermination), énoncé par Heisenberg en 1927, explique qu'on ne peut jamais connaître simultanément la position et la vitesse d'une particule de manière exacte. Cette incertitude est due au comportement ondulatoire qui surgit en mécanique quantique.


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter