Le Soleil d'Alexandre | Actes Sud
Actes Sud Littérature
Hors collection

Septembre, 2011 / 13,0 x 24,0 / 576 pages

traduit du russe par : André MARKOWICZ
ISBN 978-2-330-00023-3
prix indicatif : 28, 40€


Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

Le Soleil d'Alexandre

Le Cercle de Pouchkine 1802-1841

André MARKOWICZ

Après avoir traduit Eugène Onéguine, le chef-d’oeuvre d’Alexandre Pouchkine (1799-1837), André Markowicz a entrepris de rassembler autour de la figure de celui qui reste le plus grand poète russe les poèmes écrits et souvent échangés par ses amis. Bon nombre d’entre eux, emprisonnés et exilés, peu à peu conduits à la mort – comme Pouchkine lui-même – après le complot des décembristes (14 décembre 1825) contre le tsar Nicolas Ier, ont résisté à la tyrannie par la poésie.
Ce volume n’est pas seulement le roman vrai d’une génération, mais une manière nouvelle de faire émerger le continent perdu du romantisme russe. Si différent du romantisme français, il se caractérise précisément par cette lutte du poète contre le pouvoir, lutte qui a commencé de faire luire en Russie ce qu’au XXe siècle le poète Ossip Mandelstam (qui devait lui-même mourir en déportation) appela le “Soleil d’Alexandre”.
A de très rares exceptions près, les oeuvres de ces poètes sont jusqu’ici restées inconnues et n’ont jamais été traduites en français.

Le Soleil d'Alexandre

Le Soleil d'Alexandre

Didier Jacob, Le Nouvel Observateur

« C’est toute la beauté de ce livre […] que de pouvoir se lire non seulement comme un recueil de poèmes mais comme un roman en vers, roman de la Russie terrible et roman d’une génération sacrifiée.  »


Jean-Claude Pirotte, Lire

« Cette somme considérable, qui retrace l’aventure des décembristes, et la terrible répression tsariste, digne du futur régime stalinien, qui en a écrasé la plupart des protagonistes, cette somme doit être entre toutes les mains des amateurs de poésie et d’histoire de la pensée russe.  »


Veneranda Paladino, Dernières Nouvelles d'Alsace

« Grâce à cette anthologie, le spectateur français d’Oncle Vania peut désormais entièrement comprendre l’ironie tragique de la demande que fait le professeur Sérébriakov à sa femme Eléna : “Tu me prendras Batiouchkov dans la bibliothèque”.  »


Alain Favarger, La Liberté

« L’occasion est unique de humer l’air de la houle du romantisme russe. Pour une poésie riche en éclats, métaphores et scansion véhémente. Où abondent les rêveries solitaires, les errances le cœur lourd le long des rivages, l’attente d’ardeurs nouvelles et autres délires des sens.  »


Hervé Bertho, Ouest France

« Un aperçu brillant. (…) Cet ouvrage est le grand œuvre d’André Markowicz.  »


Alfred Eibel, Valeurs actuelles

« Précieux. (…) Si miracle il y a, il faut l’attribuer à André Markowicz, qui s’emploie à ne pas monter les textes en épingle.  »


Adélaïde de Clermont Tonnerre, Point de vue

« Une passionnante anthologie poétique.  »


Les Echos

« Le meilleur traducteur de la littérature russe tombe dans les bras de Pouchkine… Une anthologie poétique rare. Indispensable.  »


Thierry Clermont, Le Figaro littéraire

« Un travail magnifique de Markowicz qui aborde un continent trop méconnu. Indispensable pour mieux comprendre leurs cadets.  »


Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter