Actes Sud Littérature
Domaine français

Août, 2013 / 14,5 x 24,0 / 448 pages


ISBN 978-2-330-02264-8
prix indicatif : 22, 00€

Prix Terre de France - 2013

Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

Une part de ciel

Claudie GALLAY

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse…
Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ?
Avec une attention aussi intense que bienveillante, Claudie Gallay déchiffre les non-dits du lien familial et éclaire la part d’absolu que chacun porte en soi. Pénétrant comme une brume, doux comme un soleil d’hiver et imprévisible comme un lac gelé, Une part de ciel est un roman d’atmosphère à la tendresse fraternelle qui bâtit tranquillement, sur des mémoires apaisées, de possibles futurs.

«Le Val est un endroit de pure fiction. Un bourg traversé par une route. Hiver 2012. Carole retrouve son frère Philippe et sa soeur Gaby. Leur père leur a donné rendez-vous alors ils l’attendent sans savoir quand il viendra. Je me suis demandé à quoi ça pouvait ressembler d’attendre ainsi et comment cela pouvait être écrit. Il me fallait des personnages atypiques.

Celui de Gaby, à l’origine, c’est un visage que j’ai dessiné. Elle vit dans un bungalow avec des écureuils et une Môme qui n’est pas sa fille et dont Carole ne sait rien. Son homme se planque, il a largué sa voiture dans la forêt et il a fui alors elle le cherche.

Carole a des idées biscornues, elle traduit la biographie d’un artiste du Land’art, traîne au bar. Elle est un peu amoureuse de Jean aussi. Philippe est garde forestier, il rêve de baliser le chemin pris par Hannibal.

La serveuse du bar de Francky, je l’aime bien, c’est un personnage érotique.

L’histoire s’écrit sur quarante-neuf jours, c’est le temps que Carole reste au Val. Ce qui m’a intéressée, c’est les personnages dans ce lieu, voir évoluer leurs sentiments, les suivre dans des fausses pistes, des prétextes, des doutes. Jean aime-t-il sa femme ? Qu’a vu Gaby le soir de l’incendie qui a détruit leur maison d’enfance ?

On croit que… et c’est peut-être autrement. Chacun a sa part de ciel, une petite lumière dans la tête. J’ai glissé des choses légères de la vie, les petites conneries du quotidien, Vanessa Paradis qui se sépare de Johnny Depp.

Si j’avais été la narratrice, j’aurais fait comme elle, je serais restée jusqu’au bout. Jusqu’à la confidence à la fin. La révélation, je l’ai voulue légère et cruelle. Presque un monologue. Gaby l’emporte ! Après, est-ce que le père reviendra ou pas, ça n’a plus tant d’importance.»

C.G.

Une part de ciel

Une part de ciel

Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter