Aller au contenu principal

Oh, Canada



Au seuil de la mort, Leonard Fife, célèbre documentariste, accepte une interview filmée que veut réaliser l’un de ses disciples, Malcolm. Fife a exigé le noir complet sur le plateau ainsi que la présence constante de sa femme, Emma, pour écouter ce qu’il a à dire, loin des attentes de Malcolm. Après une vie de mensonges, Fife entend lever le voile sur ses secrets mais, sous l’effet de l’aggravation rapide de son état, sa confession ne ressemble pas à ce que lui-même avait prévu. Puissant, écorché, bouleversant, ce roman testamentaire sur les formes mouvantes de la mémoire pose la question de ce qui subsiste – de soi, des autres – lorsqu’on a passé sa vie à se dérober.

septembre, 2022
14.50 x 24.00 cm
336 pages

Pierre FURLAN

ISBN : 978-2-330-16802-5
Prix indicatif : 23.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Un roman superbe sur l’illusion, la fiction de nos vies, teinté de mélancolie et d’une réjouissante ironie.

Ariane Valadié, VOICI

Opération vérité chez Russell Banks. [...] Puissant.

Claire Thévenoux, OUEST FRANCE

Avec son écriture tendue qui épouse les dernières heures d’un homme égaré dans sa mémoire, Russell Banks nous livre une cruelle méditation sur la mort.

Anne Le Maître, ÉTUDES

Fife, Russell Banks le cadre serré, avec toute l’immense puissance romanesque qu’on lui connaît. Un nouveau sommet dans une œuvre qui n’en manque pas.

Alexandre Fillon, SUD OUEST

Très très beau roman, crépusculaire et cependant lumineux, romanesque et comment ! Tout en trahisons volontaires ou involontaires, avec le bruit de la mort qui approche et pose sa faux sur la gorge du vieil homme.

Flore Delain, EN LISANT EN ÉCRIVANT

Le roman est une farce funèbre, une mémoire délirante, une confession flamboyante, Russell Banks nous balade, fait de l’histoire un prétexte à réflexion : que reste-t-il de nos vies au dernier soir ? Peut-on reprendre le scénario de nos existences pour faire le tri de ce qu’on va léguer ? Peut-être saura-t-il à la fin qui il est vraiment et la trace qu’il laisse.

Christophe Henning, RCF

Ce roman résonne comme un étrange "vrai-faux" testament. 

Paloma de Boismorel, GAËL

Un roman d’une grande puissance, d'une grande finesse également et d'une terrible honnêteté sur les méandres de la mémoire, sur l'amour et le mensonge, sur nos ratés, nos bassesses, et sur ce qui reste, ce (ceux) qu'on laisse après soi. Une grande confession, un roman bouleversant.

VAR MATIN, NICE MATIN, MONACO MATIN

Russell Banks offre un puissant récit sur la maladie, la vieillesse et la mort imbriqué dans une passionnante enquête métaphysique et ontologique. [...] Un livre complexe mais brillant.

Jean-François Schwab, LE TEMPS

C’est un livre vraiment troublant et assez fascinant. 

Josyane Savigneau, RCF

Un fascinant moment romanesque, parfaitement maîtrisé. 

Marie Chaudey, LA VIE

Aussi brillante que bouleversante cette ultime quête de soi mêle l’émerveillement à la lucidité, l’incrédulité à l’authenticité. [...] Le roman est à la fois, paradoxalement, une mise à nu radicale et une vertigineuse mise en scène. 

Florence Noiville, LE MONDE DES LIVRES

Une fois encore, l'écrivain américain Russell Banks signe, à 80 ans, un texte aussi impeccable qu’implacable. Avec ce roman épais et serré, l'auteur déroule, entre révélations, flashbacks et répétitions, une intéressante réflexion sur la fiction, l'écriture et l’être humain avec ses errements et mensonges.

Serge Bressan, LE QUOTIDIEN DU LUXEMBOURG

Ainsi Russell Banks livre-t-il le roman du crépuscule d’une vie, récit intime autant que radiographie cruelle des désillusions de l’Amérique depuis les années 1950.

François Montpezat, DERNIÈRES NOUVELLES D'ALSACE

Dans un huis clos tendu seront dévoilées les fuites, lâchetés et contradictions de toute une vie. Certaines réelles, d’autres inventées, le cerveau du malade étant brouillé par les médicaments. [...] Oh, Canada suscite une émotion particulière tant on le redoute testamentaire.

Isabelle Lesniak, LES ÉCHOS

Funèbre, phénoménal ! Absolument passionnant.

Josyane Savigneau, RADIO CLASSIQUE - Bande à part

Pour cette plongée dans l’étrange fonctionnement de la mémoire, indissociable des sens et aussi trompeuse qu’eux, Banks s’adresse plus à l’intellect de son lecteur qu’à ses émotions. Il ne mise pas non plus sur d’incessants rebondissements. Le cœur de son propos consiste à montrer avec acuité combien les intentions structurent les vérités acquises. [...] Lancinante, une question très actuelle demeure en arrière-plan : faire le bien exige-t-il qu’on soit irréprochable ?

Antoine Faure, LIRE MAGAZINE LITTÉRAIRE

Extrêmement beau et drôle. Un très grand livre !

Arnaud Viviant, FRANCE INTER - Le Masque et la plume

À travers le récit des souvenirs de jeunesse d’un homme sur le point de mourir, Oh, Canada suscitera chez le lecteur une intéressante réflexion sur son autobiographie personnelle et la manière dont notre cerveau emmagasine et redistribue l’information, mais surtout sur la manière arbitraire dont on juge les gens et au final, sur l’ensemble des croyances et des approximations qui constituent chaque individualité.

Vincent Penninckx, LE SURICATE

Un petit chef-d'œuvre.

Stéphanie Janicot, LA CROIX