Jacqueline Chambon
Hors collection

Mars, 2015 / 12,5 x 19,5 / 272 pages


ISBN 978-2-330-04828-0
prix indicatif : 22, 00€


Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

Mes clandestines

Sylvie GRACIA

Mathilde, Tamina, Camille Moravia, Clémence, tant de femmes aimées et complices ont jalonné la vie de la narratrice, se sont glissées en elle, comme autant de doubles – mes clandestines, dit-elle. Autant de façons de multiplier les expériences, autant de chances de se découvrir, de se dessiner en creux. À travers l’amour pour la mère, la bienveillance amusée envers une rivale, la fascination pour l’artiste exhib’ sur Facebook et l’admiration pour Annie Ernaux, se révèle l’œil aigu de l’écrivain qui dissèque les cœurs, dévoile les corps et sonde les âmes. Cherche-t-elle à se trouver ou au contraire à se dissimuler en se fondant dans ses semblables, celle qui ne parle pas d’elle et n’a pas de nom, mais écrit ?

Mes clandestines

Mes clandestines

Matricule des anges

« Une superbe galerie de portraits de femmes. Vivifiants, joyeux et graves. Va au plus près de l’émoi, de l’intime, associant voyeurisme et extrême pudeur.  »


Muriel Steinmetz, L'Humanité

« Une plume sensuelle emplie d’images concrètes, d’atmosphères et d’odeurs . La romancière porte sur ses contemporaines un regard juste et précis, sororal, jamais niais. Sylvie Gracia réalise, de son propre aveu, une broderie fine à petits points serrés, une série d’ « ouvrages féminins », tirés des émotions premières ressenties auprès de chacune.  »


Emmanuelle George, Librairie Gwalarn, Lannion / Page des Libraires

« Elles sont femmes de corps et de cœur. Les décrire et écrire leurs vies, c’est aussi se décrire, écrire sur soi et se raconter. La magie du roman est puissante. On peut aussi y vivre des vies pour y oublier la sienne. Beaucoup de sensualité et d’intelligence.  »


Florence Bouchy, Le Monde

« D’abord conçu comme un recueil de nouvelles, Mes clandestines devient le récit tendu, sans chronologie, mais d’une grande cohérence, d’une perpétuelle renaissance dans la solitude de l’écriture et la fraternité des amitiés féminines. Plutôt que l’existence d’une commune condition féminine, ce que donne à saisir Mes clandestines est d’abord la multiplicité des voix qui constituent la communauté littéraire de Sylvie Gracia  »


Véronique Rossignol, Livres Hebdo

« [Sylvie Gracia] apparaît ainsi réfléchie, diffractée dans ces portraits de femmes, dans cette intimité à la fois utérine et pourtant toujours légèrement à distances des photos et des romans. La littérature ne sauve de rien. Mais certains livres dans certaines circonstances nous rouvrent au territoire apaisant de l’essentiel, écrit-elle. Mes clandestines habite ces lieux-là.  »


Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter