Aller au contenu principal

L'escadron noir

Sous-titre
Une Iliade au Kansas

Thierry FREMAUXPostfacier


Grâce à son oncle, le jeune Johnny Seton va pouvoir entrer dans le cabinet de l’influent avocat Jim Wade. A la clé une situation, et la respectabilité aux yeux des McCloud, dont il convoite la fille, Mary.
Mais c’est sans compter sur Polk Cantrell. Redouté dans plus de six comtés, l’homme, qui se cache des Missouriens depuis qu’il a tiré sur un shérif pro-esclavagiste, est venu se réfugier à Pleasant Hill, Ohio. Le cœur de Mary ne tarde pas à balancer, déclenchant l’engrenage d’un duel sans merci.
Avant le western éponyme de Raoul Walsh, L’Escadron noir est d’abord un formidable roman psychologique et un tableau vibrant du « Bloody Kansas », cette série de conflits entre esclavagistes et abolitionnistes qui mènera directement à la Guerre de Sécession.

octobre, 2022
11.50 x 21.70 cm
400 pages

Fabienne DUVIGNEAU

ISBN : 978-2-330-16407-2
Prix indicatif : 23.70€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Une merveille. […] L’Escadron noir est trépidant, haletant, brutal. Mais pas seulement ! II est aussi richement documenté.

Frédéric Mercier, TRANSFUGE

Burnett applique à l’histoire de l’Ouest le traitement réservé aux gangsters. Une sécheresse d’écriture, une analyse sous-jacente de l’Amérique et de son destin, de la construction et de l’ambiguïté de la démocratie. […] On se félicite de la poursuite de cette collection.

Hubert Prolongeau, FRANCE CULTURE, Mauvais genres

Ce fameux roman signé de l'auteur de quelques-uns des plus grands polars américains (à commencer par Asphalt Jungle), mais aussi de mythiques westerns (Terreur Apache, Mi Amigo, Saint Johnson...), trouve enfin son édition française, grâce à Thierry Frémaux, dans la fabuleuse collection, "L'Ouest, le vrai".

Philippe Blanchet, ROLLING STONES

Un récit plein de bruits et de fureurs, de cavalcades et de coups de feu, entre romantisme et critique d’une société américaine sur le point de se déchirer dans une terrible guerre civile.

Jean-Paul Guéry, LA TÊTE EN NOIR

Un roman époustouflant […] où se mêlent des actions tumultueuses, de vives émotions, scènes sentimentales, preuves d’amour ou d’amitié, trahison ou fidélité à toute épreuve et des chevauchées fantastiques.

Josiane Chériau, RADIO ZINZINE, Un livre un jour

L'Escadron noir est carrément un inédit. Le film de Walsh parle aux cinéphiles mais le roman dont il est tiré n'a jamais été publié en France. Une terrible erreur aujourd’hui réparée. Parce que ce chapitre de l'histoire US est d'une rare violence, illustrant les déchirements de cette société en gestation. Parce que Burnett y insère à merveille une touche de romantisme.

Christophe Laurent, THE KILLER INSIDE ME

Une plongée littéraire dans la prairie des pionniers servie par des personnages complexes et une intrigue amoureuse qui évoquent Autant en emporte le vent. Le western comme vous ne l’avez jamais lu.

FINE LINE TV

Roman puissant, parfois romantique, souvent violent, il illustre à merveille un genre qui témoignait aussi de cette vision des Américains sur leur propre histoire, encore récente.

Christophe Laurent, CORSE-MATIN

Comment vivre ensuite, avec le souvenir et la responsabilité de la transmission ? Dans sa postface à L’Escadron noir de W. R. Burnett, le nouveau volume de la collection de romans western que Tavernier dirigeait chez Actes Sud, le directeur de l’Institut Lumière revient sur cette question. II évoque aussi la façon dont le western est « entré dans nos vies » et avec lui les États-Unis.

Adrien Gombeaud, LES ÉCHOS

Quand Burnett écrit L’Escadron noir en 1938, il est en pleine maîtrise de son style, une prose sèche et pourtant généreuse en informations, qu’il a exercé dans le genre policier. […] Un western aux approches sentimentales et psychologiques qui libère finalement l’intensité et la brutalité de son genre.

NYCTALOPES

Du même auteur