L'origine du monde | Actes Sud
Actes Sud Littérature
Domaine français

Août, 2000 / 21,8 x 11,5 / 416 pages


ISBN 978-2-7427-2878-7
prix indicatif : 21, 50€


Où trouver ce livre ?
|

L'origine du monde

Pour une ultime histoire de l'art à propos du cas bergamme

Serge REZVANI

L’origine de l’incendie criminel qui va ravager en 2020 le Grand Musée tient d’abord à la folie de Bergamme, nain cleptomane et iconoclaste, atteint de la pire des "pathologies muséeuses". Pour sauver ce qui, selon lui, dans l’Art serait unique, cet étrange personnage prétend dérober, retoucher, inachever les plus célèbres tableaux — à commencer par L’Origine du monde devant lequel il vient si souvent faire scandale au Grand Musée…
Mais la responsabilité de la tragédie incombe également à Gerbraun, conservateur en chef, apôtre de la duplication en série des chefs-d’œuvre. Séduit, amusé, puis fasciné par les baroques provocations du nain, c’est lui qui ouvre à Bergamme — dans quel secret dessein ? — les coulisses du prestigieux établissement.
En haut, veille l’inénarrable commissaire Quevedo, chargé de la sécurité — un "déveinard" de la pire sorte, flanqué d’un chien doué de parole : M. Bull.
Au laboratoire s’activent la pulpeuse Roberte, restauratrice en chef, et l’hygrométreur Alf, qui élève (secrètement) des rats-taupes glabres originaires du Kenya, et voue à L’Origine du monde un culte fétichiste.
Dans les combles s’entasse depuis des siècles un véritable millefeuille de toiles abandonnées. Là, forant l’épaisseur des chefs-d’œuvre pourrissants, le personnel de l’établissement a creusé des niches où les uns et les autres s’adonnent à tous les plaisirs du commerce amoureux.
Est-ce la présence obsédante de L’Origine du monde ? Une dangereuse ébriété sexuelle semble avoir envahi le Grand Musée — à quoi s’ajoute désormais la menace que constitue, dans ce temple de la conservation, l’inquiétante folie de Bergamme, qui confessera ses crimes au narrateur…
En peintre et en romancier — en créateur indiscipliné —, Rezvani passe au crible d’une imagination provocante les aspirations les plus élevées et les ridicules les plus achevés de nos pratiques muséeuses. Avec une inimitable manière de dire gaiement les choses les plus graves, il poursuit ici une "poétique du désastre" entamée avec La Traversée des monts Noirs (Stock, 1992) puis La Cité Potemkine (Actes Sud, 1998), et fait de l’amour de l’Art — après celui de la Science — une des passions les plus ambiguës et les plus dangereuses du monde.

L'origine du monde

Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter