Actualités

    L'estampe, un art pour tous

    L'exposition L'estampe, un art pour tous : des Suites Prisunic à Catherine Putman, est présentée :

    - du 4 mars au 16 mai 2011 au Musée de beaux-arts de Nancy

    - du 30 septembre 2011 au 4 janvier 2012 à la Chapelle du Méjan

    - du 28 janvier au 29 avril 2012 au Centre de la Gravure et de l'Image imprimée de La Louvière (Belgique)

     

    Après avoir longtemps servi à reproduire et donc faire connaître le travail des artistes-peintres, l’estampe est devenue à partir du XIXe siècle une forme artistique à part entière, associant création et diffusion.

    En 1967, par l’intermédiaire de sa femme Andrée, qui était styliste pour Prisunic, Jacques Putman lance le concept de l’estampe originale peu onéreuse, commercialisée dans cette chaîne de magasins. Ces révolutionnaires Suites Prisunic (1967-1973), tirées à 300 exemplaires, sont vendues 100 francs. Six artistes participent à la première édition : Pierre Alechinsky, Wilfredo Lam, Roberto Matta, Jean Messagier, Reinhould et Bram van Velde. Les éditions successives des Suites accueillent de nouveaux artistes (Arman, Christo, Max Ernst, Asger Jorn, Niki de Saint-Phalle, Pierre Tal Coat…) et s’ouvrent à d’autres formes artistiques comme la sculpture.

    En 1974, Catherine Béraud rejoint Jacques Putman au sein de la société qu’il a créée, la SDOPM (Société de diffusion d’œuvres plastiques et multiples). Sous d’autres formes, l’aventure se poursuivra plus de trente ans, marquant fortement la production éditoriale française de la fin du XXe et du début du XXIe siècle, et ajoutant aux premiers artistes cités de nombreux autres : Geneviève Asse, Georg Baselitz, Pierre Buraglio, César, Tinguely, Viallat, etc.

    Plus de 80 artistes ont été associés à cette passionnante aventure qui constitue aujourd’hui un véritable panorama de la modernité.

    Nourrie d’amitiés et d’échanges avec les plus grands artistes (Bram Van Velde, Alechinsky, Baselitz…) et des imprimeurs d’une rare exigence, ne reniant jamais les techniques les plus anciennes tout en explorant volontiers les outils numériques les plus nouveaux, cette aventure prolongée jusqu’à la mort de Catherine Putman, en 2009, est l’occasion de témoigner de ce qu’est aujourd’hui ce métier étroitement lié aux nécessités de la création.




    Chapelle du Méjan

    place Nina Berberova

    13200  Arles

    04 90 49 56 78

    http://www.lemejan.com/

    |
    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter