Actualités

    Adaptation du roman "Boulevard périphérique" d'Henry Bauchau au Centre Wallonie-Bruxelles le 24 et 25 janvier

     

    De la littérature à la scène

    Jeudi 24 et vendredi 25 janvier à 20h

    Combat avec l’ombre

    Adaptation du Boulevard périphérique d’Henry Bauchau par Frédéric Dussenne.
    Avec Emmanuel Caillard et Jérémie Siska.
    Scénographie et mise en scène : Frédéric Dussenne.
    Production : Poème 2 et la Cie L’Acteur et l’Ecrit.

    Au cœur de l’occupation allemande en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale, deux jeunes hommes passent des heures, côte à côte, à escalader le rocher de Freyr. Une amitié au seuil de l’amour lie ces deux êtres dont l’un, le « narrateur », apparaît comme un double de l’écrivain. La guerre les sépare. Le narrateur, à travers sa rencontre avec Shadow, un officier nazi, tente de comprendre. Henry Bauchau, à travers l’adaptation éclairée de Frédéric Dussenne, nous parle de la mémoire, de la mort, des blessures secrètes et vibrantes d’un amour mort avant le privilège du choix et de la vie.

    Dans une mise en scène épurée où l’on a le beau souci du silence, les mots de Bauchau/Dussenne trouvent à s’exprimer à travers un acteur et un circassien. Lumineux et intense comme une confession libératrice.

    Le 24 janvier, à l’issue de la représentation, les metteurs en scène Gisèle Sallin, Benoît Weiler, Benoît Théberge et Frédéric Dussenne dialogueront autour de la figure d’Henry Bauchau au théâtre.

    Le 25 janvier, en amont de la représentation, évocation de l’œuvre d’Henry Bauchau avec, entre autre, Myriam Watthee-Delmotte, auteur de Henry Bauchau. Sous l’éclat de la Sibylle, Actes Sud.

    « La fiction est ici – comme chez Proust – l’occasion d’un dévoilement intime. La mort, le deuil, le sens de l’existence ; la question de l’engagement, les dangers de l’idéal ; le poids de l’erreur ; l’amour qui ne dit jamais tout à fait son nom ; les liens, les déchirures ; le paradoxe de l’insouciance joyeuse et de la connaissance paralysante sont abordés sans fard, tels qu’ils ont été vécus par l’écrivain. Une conscience vieille de près de cent ans livre sous nos yeux son Combat avec l’ombre. Elle nous invite à l’intérieur de son inconscient. Pour mieux entendre le nôtre. »
    Frédéric Dussenne, Les Cahiers du Poème 2, janvier 2012.

    Dans le cadre du centenaire Henry Bauchau en collaboration avec le Fonds Henry Bauchau de l’Université catholique de Louvain

     

    Centre Wallonie-Bruxelles - Tél : 01.53.01.96.96
    46 rue Quincampoix 75004 Paris

    Tarif : 10 euros / Tarif réduit : 8 euros



    |
    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter