Adaptation au cinéma du texte de Svetlana Alexievitch *La Supplication* | Actes Sud

    Actualités

    Adaptation au cinéma du texte de Svetlana Alexievitch *La Supplication*

     

     

    Le 23 novembre 2016 au cinéma

     

     


    Œuvres | Svetlana Alexievitch

    La guerre n'a pas un visage de femme - Derniers témoins - La Supplication

    Paru le 7 octobre 2015

     

    Au sommaire de ce thesaurus consacré à l’auteur de La Fin de l’homme rouge (Prix Médicis Essai – 2013), trois stupéfiants “romans de voix” qui mêlent les témoignages les plus terribles et les plus intimes de deux tragédies du siècle soviétique : la Seconde Guerre mondiale, racontée du point de vue des femmes qui l’ont vécue (La guerre n’a pas un visage de femme) et de ceux qui n’étaient à l’époque que des enfants (Derniers témoins), et la catastrophe nucléaire de Tchernobyl (La Supplication).
    En s’attachant au quotidien, aux détails prosaïques qui font une vie, Svetlana Alexievitch compose des polyphonies singulières loin de la doxa patriotique, héroïque et sacrificielle. L’entrelacs des voix formé par ses récits restitue les émotions humaines dans toute leur complexité, et donne à voir, derrière le miroir, la vaste fresque tragique du siècle soviétique.

     

     

    Svetlana Alexievitch est née en 1948 en Ukraine. Elle a fait des études de journalisme en Biélorussie, où ses parents étaient instituteurs. Sa première publication, La guerre n’a pas un visage de femme, en 1985, sur la Seconde Guerre mondiale, dénoncée comme “antipatriotique, naturaliste, dégradante” mais soutenue par Gorbatchev est un best-seller. Chaque nouveau livre est un événement et un scandale : Les Cercueils de zinc, en 1989, sur la guerre d’Afghanistan, qui la fait connaître en France et sera adapté pour le théâtre par Didier-Georges Gabily ; Ensorcelés par la mort, en 1993, sur les suicides qui ont suivi la chute de l’urss ; et La Supplication, en 1997, sur Tchernobyl. Elle vit de nouveau à Minsk, après un long séjour à Berlin.

    Son ouvrage La Fin de l’homme rouge. Le temps du désenchantement (Actes Sud, 2013), sur la fin de l'URSS et ce qui a suivi, a été classé meilleur livre de l’année 2013 par le magazine Lire et a reçu le prix Médicis Essai.

    Svetlana Alexievitch reçoit le prix Nobel de littérature en 2015.

     

     



    |
    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter